Partager l'article sur

Social Media: 3 enseignements à tirer des challenges 2017

Pour les professionnels du social media, 2017 a été une année difficile et challengeante au quotidien. voici quelques retours d’expérience :

1/ Le reach organique: circulez, il n’y a plus rien à espérer sans investir de l’argent…

Même avec des communautés fortes de plusieurs milliers (ou centaines de milliers) de followers ou de fans, rien n’est désormais moins garanti que le succès organique des posts.

Les principaux players sociaux changent les règlent du jeu et favorisent, de plus en plus, le reach payant en modifiant continuellement leurs algorithmes. Sur Facebook, roi des réseaux sociaux au Maroc avec ses 16,5 Millions de comptes actifs, le pay to play est le principe de base pour exister.

2/ Le contenu: la nécessité de se défaire des réflexes du passé et de revenir au principe « faire peu et bien »

Dans leur chasse aux followers, et, accessoirement, aux clicks, les entreprises ont tendance à croire que la fréquence est primordiale. Sans doute, un héritage de la communication classique où la répétition a des vertus sur la mémorisation, et à terme, sur le comportement.

Sur le digital, même ne tenant pas compte des jeux d’algorithmes, la donne est différente: l’engagement prévaut sur la visualisation, et l’engagement ne peut être induit que par un contenu qui résonne chez l’utilisateur, et autant il est facile de trouver du contenu social, tiré de la vie quotidienne,  capable de faire réagir les utilisateurs des réseaux sociaux, autant la tâche est plus ardue pour une marque.

La qualité et l’originalité sont deux éléments sur lesquels il ne faut absolument pas faire l’impasse, et la fréquence de prise de parole est à moduler selon ces deux paramètres et la capacité potentielle du contenu à faire réagir.

Prendre la parole sur Facebook une à deux fois par semaine, avec un contenu impactant, et s’assurer de disposer des moyens d’amplifier suffisamment ce contenu vers ses cibles vaut largement mieux qu’une prise de parole à fréquence quotidienne.

Développer un contenu user centric est également un point sur lequel nous n’insisterons jamais assez: les marques gagneraient à devenir moins nombrilistes et à proposer à leurs cibles (prospects, clients, ambassadeurs…) des contenus à valeur ajoutée avérée. Même s’il est actuellement difficile de calculer avec précision le ROI du contenu, il est question de bon sens, et surtout, de retours d’expérience de plusieurs milliers de spécialistes social media dans le monde, qui sont tous, unanimes à ce sujet.

3/ Le ciblage: la recherche d’affinité devrait être la principale préoccupation pour l’année 2018

Les utilisateurs sont saturés de contenu et de messages, et leur temps d’attention tend à baisser, et cette tendance ne changera pas à l’avenir.

Le ciblage et la recherche d’affinité est au coeur de toute actions de prise de parole, quelque soit le média, mais sur les réseaux sociaux, il devient impératif de travailler avec une plus grande finesse son ciblage et de l’ajuster selon qu’on vise  l’awerness ou la préférence.

Trop de campagnes tapent dans le tas, provoquant désintérêt et déperdition, alors que les outils de ciblage que proposent la majorité des réseaux sociaux permettent de faire du ciblage quasi chirurgical, et c’est bien dommage de se priver de toute l’intelligence algorithmique que ces réseaux mettent à la disposition du marketing.

Là aussi, les règles du jeu ont déjà changé, et les critères d’un ciblage pertinent doivent désormais provenir d’une fine connaissance du client, et non de notions classiques telles que les données démographiques ou géographiques.

Et, pour faire le lien avec le 1er  point, quitte à payer pour du reach supplémentaire, autant vous assurez de toucher les bons contacts: Il est temps de miser sur les funnels marketing et les buyers personas.

Et bonne année digitale à tous !

Yousra LASMAR Brand & Business Developpement Consultante Senior - https://www.linkedin.com/in/yousra-lasmar-9105b41/